t f m R y v s r
_

HISTOIRE

Une vie partagée entre la France et le Brésil


Au Brésil…

Née à Santos-SP, Brésil au 3 avril 1959, dans une famille d’artistes. Sa mère et sa tante, les «soeurs Miranda» ont fait carrière dans la Radio Brésilienne des années 50. Son père, Luiz de Aquino, était peintre et musicien amateur. Au début des années 60, il  crée le Night Club «Xavantes» à Santos, l’une des premières boites brésiliennes à faire de la Bossa Nova.

Luiz commence l’apprentissage de la musique avec sa maman, Aparecida Miranda, auteur/compositeur/interprète, accordéoniste et guitariste dès son plus jeune âge.

A 14 ans il obtient son premier diplôme de guitare au Conservatoire de Praia Grande, puis commence à prendre des cours avec Antonio Manzione no Teatro Municipal de Santos, et a poursuivi ses études dans d’autres villes des grands maitres de l’époque  Turibio Santos, Leo Soares, Henrique Pinto, Paulo Porto Alegre e Abel Carlevaro

En parallèle de ses études de guitare classique, Luiz  étudie deux années d’harmonie avec le Maestro Ignacio Pinto de Souza,  puis il approfondit ses études sur l’arrangement, la théorie, la composition et l’improvisation musicale  avec de très importantes figures musicales comme Hans Joachim Kolreutter, Nelson Ayres e Roberto Sion, jusqu’à son admission à  Composição e Regência na Universidade do Estado de São Paulo (UNESP), où il étudiera avec John Neschling, Regis Duprat, Samuel Kerr, et les français Roger Cotte e Michel Phillipot , qui lui conseilleront de se présenter au concours du Conservatoire National Supérieur de Musique, aventure qu’il entreprend en juillet 1983.

 

…Et en France

Arrivé en France en 1983, il réussi le concours au Conservatoire National Supérieur de Musique, accepté dans la classe du maitre Alexandre Lagoya,

Toujours animé d’un grande et insatiable curiosité musicale, il a été également disciple de grandes figures du Jazz français, comme Pierre Cullaz, Jean-Claude Forhenbach, Philippe Baudoin, et Bernard Maury, ainsi que dans les domaines du son et de la musique numérique, dans des établissements tels que CMI, Apaxx Design, Multicrea, etc.

Sa carrière de guitariste soliste et d’accompagnateur l’a conduit à plusieurs tournées internationales en Europe, Afrique et Amérique du Nord, souvent en collaboration avec d’autres guitaristes comme Liat Cohen, Toninho Ramos, Marie Bancel, Marcus Llerena, Jean-Felix Lalanne, Michel Haumont, etc.

Spécialiste de la guitare brésilienne, notamment la guitare à 7 cordes, Luiz fonde en 1993 avec Antoine Tatich, un ami guitariste, l’école ATLA à Paris, devenue aujourd’hui  la plus importantes en France pour les musiques actuelles avec plus de 850 élèves inscrits, chargée de la programmation et de l’administration du Centre Musical Barbara, établissement de la Mairie de Paris.

Il a été entre 1996 e 2002, professeur de Guitare Brésilienne et d’improvisation aux  Ateliers de Guitare de l’Université de Jussieu, à Paris, et a produit des ouvrages pédagogiques audiovisuelles.
Artiste de scène toujours très actif, en 2000, il commence à travailler en duo avec Véronique le Berre dans le circuit culturel et jeune publique français. Ils réalisent à eux deux plus de 1000 concerts sur 11 ans.

En 2004, son album solo « Esquina do Tempo » a été salué par la critique. Le journaliste français Remy Kolpakopol va écrire sur lui « Un autre Brésil, sorti du creuset parisien… voix à facettes multiples, compositions kaléidoscopiques… avec lui, on musarde de classiques bossas susurrées en batifolages, jazz hors conventions, on rebondit dans un forro frénétique … une nouvelle figure brasilo-parisienne fait irruption dans le paysage. La surprise de l’été…» (Nova Planet) En 2005, l’album Bahia de Bretanha » ecrit et réalisé avec Véronique le Berre et Olivier Prou, obtient le « Grand Prix de l’Academie Charles Cros » à l’unanimité.. Ce projet est devenu aussi un livre/disque et un conte musical, mis en scène par  Thierry Bongarts-Lebbe.

Il a participé aussi de la création du spectacle consacré à La Fontaine sous la direction de Francis Morane, et ensuite de l’album « Chansons de La Fontaine » avec le compositeur Jean Chavot.

Son activité de création de musique pour les films commença dès le début des années 90 grâce à sa rencontre avec Sophie Tatisheff, monteuse et réalisatrice, fille du grand cinéaste Jacques Tati. Après plusieurs court-métrages et téléfilms, en 1993 il écrit la bande son du filme « Le Voyage » de Olivier Esmain, sur les peintres impressionnistes français.

il se consacre depuis 1998 essentiellement à la composition et à la production musicale, travaillant avec quelques uns des plus grands éditeurs français de musique pour images (films, documentaires, publicités) comme Frederic Leibovitz, David Sechan, éditions Encore Merci, Universal Publishing, Koka Media, Kaptain Music . et possède actuellement plus de 500 titres destinés au marché de l’audiovisuel. Ses musiques illustrent innombrables œuvres de réalisateurs de renom tels que Claude Chabrol, Cecile Tellerman, Nicolas Ribowisky, Bernard Rapp, e récemment,  Nicolas Castro, pour son film « Les lendemains qui chantent« , sorti en aout 2014. Il a réalisé également des musiques pour d’importantes campagnes de pub: Badoit, Nissan, Fiat, Bouygues, etc. En 2009, il fonde  avec Jean-Pierre Libert la société d’éditions Nova Nota, spécialisée dans la musique pour images. En Janvier 2011, Nova Nota est choisie par la Sacem et la Chambre Syndicale des Editeurs de Musique avec cinq autres jeunes éditeurs dans le cadre de l’opération « French Vanguard of Independent Publishers” au Midem de Cannes. Actuellement, Nova Nota est représenté dans 18 pays et l’école ATLA est rentrée dans le capital de la société.

Parallèlement à ses activités artistiques et éditoriales, Luiz de Aquino a développé une expertise dans le domaine du droit d’auteur, et est devenu un conseiller expert auprès de la Sacem. Dans ce cadre, il a participé à maintes reprises à des événements franco/brésiliens autour du thème du droit d’auteur et de la représentation internationale. En 2009 il a animé à Salvador une rencontre organisée conjointement par la Sacem et l’équipe de Carlinhos Brown.
Luiz  a également accompagné et soutenu plusieurs artistes brésiliens dans des démarches de récupération de droits d’auteur au niveau international. Il est mandataire et représentant officiel pour le monde sauf le Brésil de Hermeto Pascoal, Rita Lee et Roberto de Carvalho. Il est également sous-éditeur du Grupo Arlequim, dont le catalogue compte quelques uns des plus grands noms de la musique brésilienne comme Chico Buarque, Jorge Benjor, Caetano Veloso, Gilberto Gil, Milton Nascimento et son action a permis la récupération de droits très significatifs.

Conjointement à ses activités artistiques et éditoriales, Luiz a développé une expertise en droit d’auteur international, et est devenu conseiller auprès de la Sacem pour des questions relatives au Brésil , Dans ce cadre, il a participé à plusieurs événements organisés par cette société au Brésil et en France, sous forme de débats, conférences ou des rencontres autour du thème du droit d’auteur et des particularités des sociétés françaises et brésiliennes..

En 2009 il a été invité pour animer une rencontre/conférence qui a eu lieu à Salvador de Bahia, organisée en partenariat avec l’équipe de  Carlinhos Brown.

Luiz de Aquino est actuellement, après plus de 30 années d’activité intense dans l’industrie musicale, un des plus importants ambassadeurs de la musique Brésilienne à l’étranger, menant une action constante, ponctuée de sérieux et de professionnalisme.

Il est devenu une figure incontournable dans le processus de ré-dynamisation et préservation de l’excellence de la musique brésilienne à l’étranger depuis la création, la réalisation jusqu’au suivi et à l’administration des droits.

En Octobre 2016, il s’associe avec le parisiens Thomas Jamois et Clément Souchier (creaminal.com) pour créer 

« Brazilica » 

  une société  d’édition spécialisé dans la représentation de catalogues brésiliens pour en Europe.


Share

Reply